Les baleines en danger

Baleine décédée suite à une collision

Victimes des collisions avec de grands navires, responsables de près de 35 % de la mortalité, les baleines franches de l’Atlantique nord comptent désormais moins de 350 individus, dont quelques dizaines de femelles fécondes uniquement.

Les travaux scientifiques et les sollicitations des ONG ont permis au Gouvernement des Etats-Unis et à l’Organisation Maritime Internationale de considérer la problématique dans la politique maritime. Ainsi, parmi les mesures engagées, les routes de navigation de la baie de Fundy au Canada ont été modifiées à deux reprises pour limiter le passage au sein de l’habitat des baleines. Malgré ces efforts les baleines franches de l’Atlantique Nord restent à ce jour considérées comme la population la plus menacée à travers le monde.

Cachalot décédé Baleine avec cicatrices suite à une collision

Si cette population est la plus emblématique, elle n’est pas la seule éprouvée par les collisions. Rorquals communs, baleines à bosse, baleines bleues, rorquals tropical, … autant d’espèces régulièrement victimes de ces accidents. Iles Canaries, Hawaï, Japon, Gibraltar, … autant de localisations connues pour les heurts récurrents entre navires et grands cétacés, nuisant aussi parfois à la sécurité à bord de certains types de bateaux.

Queue de baleine coupée par une hélice

La Méditerranée n’échappe pas à la règle. Dans le bassin nord-occidental, 16 à 20 % des baleines retrouvées mortes ont été tuées suite à une collision, et beaucoup d’individus vivants présentent des traces de ces accidents. Les collisions sont ainsi considérées comme l’une des principales causes de mortalité non naturelle des rorquals communs et des cachalots en Méditerranée.

Protéger ces super-prédateurs, classés parmi les plus imposants que la Terre ait portés, est pourtant une nécessité en matière de maintien des équilibres écologiques en Méditerranée. Ne pas nuire à leur pérennité sur Terre constitue par ailleurs un formidable engagement en matière de transmission du patrimoine naturel aux générations futures…

Développé dans le cadre du Sanctuaire Pelagos et exportable partout ailleurs, le système REPCET vise à contribuer à ces objectifs de conservation, avec le concours des compagnies maritimes.

Site de la Commission Baleinière Internationale, page dédiée aux collisions : https://iwc.int/ship-strikes